Shiatsu et Ostéopathie Animale

fren

Les techniques de l'ostéopathie

L’ostéopathie, ce n’est pas uniquement des craquements et des manipulations brutales !
L’ostéopathe dispose de plusieurs cordes à son arc pour manipuler un patient et ces cordes sont des techniques très différentes qui lui permettront de traiter ses patients au cas par cas, en adaptant ses techniques de manipulation, en fonction des déséquilibres et de l’état physique et psychologique du patient.

Techniques structurelles :

C’est sans aucun doute la technique de manipulation la plus connue, celle qui fait faire crack !
Pas de panique, ce n’est pas pour autant une technique douloureuse.

Cette pratique vise à libérer les blocages articulaires en réalisant un trust. C’est à dire que l’on applique un mouvement sec et rapide mais de faible amplitude qui redonne toute sa mobilité à l’articulation bloquée.
Cette manipulation, bien pratiquée, est parfaitement indolore.

Notez que le crack ne n’est pas obligatoire. Ce n’est pas parce que l’on entend pas craquer lors de la manipulation que celle-ci n’est pas efficace.

Ce bruit survient souvent lorsque l’articulation manipulée est suffisamment bloquée pour que les tissus environnants se soient « collés ». C’est à dire que le manque de mouvement a provoqué une adhérence des tissus mous qui, au moment de la manipulation émettent un petit bruit lorsqu’ils se décollent.

Ce bruit peut également être entendu lorsque l’on chasse le gaz accumulé entre les cartilages des articulations, au moment où l’ostéopathe redonne tout son mouvement à la zone en restriction de mobilité. Faites craquer vos doigts et vous comprendrez !

Toutefois, cette manipulation ne représente qu’une petite partie des techniques ostéopathiques. Les 2 autres techniques sont l’ostéopathie viscérale et crânienne/tissulaire.
Ces 3 approches sont indissociables si l’on veut obtenir un résultat efficace et durable.

Techniques viscérales :

Ces techniques agissent sur les organes thoraciques et digestifs mais également dans les régions du thorax, de l’abdomen et du bassin.
Ces régions sont importantes pour éviter les troubles digestifs et toutes les tensions liées à ces troubles qui peuvent se répercuter dans la colonne vertébrale ou les parties inférieures du corps du fait des attaches ou des segments d’innervation et pour limiter le stress (de très nombreux neurones logent dans le système intestinal).

Techniques crânio-sacrées et tissulaires :

Oui le crâne est mobile ! Et l’ostéopathie crânienne tient compte du mouvement respiratoire primaire (MRP) qui est essentiel au corps humain.
C’est un mouvement qui traverse le corps, depuis le crâne jusqu’au sacrum à travers le liquide céphalo rachidien (LCR) qui circule le long du rachis.
Le MRP est un mouvement involontaire et rythmique, invisible à l’œil nu.
Un blocage articulaire par exemple, peut altérer ce mouvement. Une bonne mobilité des tissus mous, tous reliés entre eux par des enveloppes appelées fascias, garantit la bonne circulation du LCR et la capacité d’auto-guérison du corps.

Facebook